Antonin Lalonde

Ottawa et sa campagne


Antonin Lalonde

Diplômé en agronomie de l’institut agricole d’Oka (Québec), il dirige la ferme familiale avicole A.O. Lalonde, de Bourget et en devient propriétaire en 1933. Recruté à titre de président de l’UCFO de 1935 à 1945, il organise en 1936 un congrès général dont le thème est la coopération qui favorise la fondation de caisses populaires et de coopératives, dont la Coopérative laitière et la Coopérative avicole de Bourget. Il dirige la Fédération d’agriculture des Comtés unis de Prescott et de Russell. Pendants ses dix années à la présidence de l’UCFO, il recrute des membres, veille à leur formation et à la reconnaissance officielle de l’organisme qui obtient sa Charte provinciale en 1945. Il écrit, dès 1936, le premier éditorial de l’UCFO dans la page agricole du journal Le Droit et signe des textes sous le pseudonyme Nicodème (1936-1946). À la fin de 1946, l’UCFO lance son premier journal La Terre Ontarienne et fait appel à lui, en 1947, pour le diriger en plus d’assumer les fonctions de secrétaire général de l’Union des cultivateurs franco-ontariens. Il signe dans ce journal plusieurs des éditoriaux et aussi des textes sous le pseudonyme, Jean Nackroche, dans la chronique « Aux Accros ». Il fonde aussi l’hebdomadaire Françario. Très actif au sein de plusieurs organismes agricoles dont les coopératives laitières et avicoles de Bourget, son engagement dans sa communauté se reflète aussi par son bénévolat. Il réalise aussi le livre-souvenir sur le centenaire de Bourget. Grand commandeur de l’Ordre de Jacques-Cartier, il se dévoue à différentes causes comme l’avancement des francophones, la coopération et le bénévolat.

Localisation