Émile Laplante

Ottawa et sa campagne


Émile Laplante

Né à St-Albert dans l’Est ontarien sur la ferme familiale, il fréquenta l’école primaire du village. Après un séjour d’un an au collège St-Alexandre, il partit en mission à la Baie-James avec les frères Oblats (probablement à Fort George, situé sur une île, à l’embouchure de la Grande Rivière, 350 km au nord de Moosonee, chez les Cris). Son destin prit une autre tournure quand son père Louis décéda à l’âge de 52 ans d’une crise de cœur en 1926. Peu après, ses deux frères aînés moururent de la grippe espagnole; sa mère lui demanda donc de revenir sur la ferme afin de pouvoir faire vivre les 5 plus jeunes de la famille.

Monsieur Laplante était avant tout un autodidacte très curieux. Il a compris très jeune l’importance du mouvement coopératif pour solidifier le tissu socio-économique des communautés rurales franco-ontariennes, suite à une série de cours par correspondance qu’il a suivis de la Terre de chez nous, à partir de 1932. Par la suite, son premier geste fut de transmettre son savoir en formant 10 équipes pour étudier le coopératisme à St-Albert; c’est ce qu’on appelait des « cours de cuisine sur la coopération ».

Il exerça par la suite plusieurs fonctions-clés afin d’appliquer de façon concrète l’idéologie coopérative :

  • De 1932 à 1950, il fut secrétaire-trésorier de la Fromagerie St-Théophile dans la 7e concession ouest de St-Albert.
  • En 1942, il cofonda la coopérative agricole de St-Albert avec 35 sociétaires et il en fut le président en 1946, 1954 et 1955. Il en fut également secrétaire pendant 4 ans.
  • En 1944, il participa, avec 27 membres, à la fondation de la Caisse Populaire de St-Albert et il en fut président, secrétaire et gérant de 1963 à 1976.

Son implication au sein du mouvement coopératif lui a valu, en 1989, l’Ordre du mérite coopératif de l’Ontario.

Mais Émile Laplante a tout autant choisi d’exercer son leadership en milieu agricole. Propriétaire d’une ferme laitière de 150 arpents qu’il cultiva jusqu’en 1963, il s’engagea intensément très tôt dans le mouvement de l’Union catholique des cultivateurs franco-ontariens (aujourd’hui l’Union des cultivateurs franco-ontariens).

  • De 1941 à 1942, il fut le secrétaire du cercle agricole de l’UCCFO de St-Albert.
  • De 1942 à 1948, il fut un des présidents régionaux de l’Union des cultivateurs franco-ontariens.
  • De 1949 à 1951, il devint le président général (provincial) de l’Union des cultivateurs franco-ontariens, poste qu’il occupa de nouveau de 1953 à 1963. Il fut donc à la barre de l’UCFO pendant plus de douze ans. Soulignons ici en passant que c’est grâce au dévouement de personnes de la trempe d’Émile Laplante que l’UCFO peut aujourd’hui encore célébrer avec vous, aujourd’hui après 85 ans, le travail de nos pionniers exceptionnels.

Mais là ne s’arrête pas son dévouement. Doté d’une foi chrétienne exemplaire, il ne compte pas ses heures auprès des œuvres de sa paroisse, St-Albert. De 1977 à 1996, il en est le comptable tout en étant le chef de l’entretien et des réparations. Son dévouement à cet égard lui a valu l’Ordre du mérite diocésain d’Ottawa en 1997.

Bref, sa vie fut un exemple époustouflant d’engagement communautaire de 1932 à 1996. Ce fut aussi un chef de famille aimant et avec son épouse Dora Ménard. Ils eurent quatre enfants, dont deux, Yvette et Yvon, que Dieu a rappelé à lui et deux autres, Georges et Robert.

Émile Laplante, paroles dites à la Coop Agricole en 1974 :

« J’ai prêché la coopération pendant 42 ans. J’ai hérité de cette valeur dès le bas âge. J’admets qu’il fallait être vraiment convaincu pour mettre tous mes temps libres dans ce mouvement. Pour moi, c’est le temps dont je garde les meilleurs souvenirs. Malgré les sacrifices que cela m’a demandés, je voudrais vivre encore de nombreuses années afin de continuer ce travail. Aider les autres a toujours été pour moi un devoir. »

Localisation