L’abbé Arsène Hébert

Ottawa et sa campagne


Arsène Hébert

Septième aumônier de l’UCFO, de 1952 à 1960, l’abbé Hébert est une figure importante dans l’histoire de l’UCFO et dans son développement. Lors du départ du secrétaire général Antonin Lalonde, en 1948, il accepte le poste jusqu’à l’embauche d’un nouveau secrétaire en 1954. Il participe à toutes les réunions de l’UCFO et accompagne le nouveau secrétaire et propagandiste de l’époque Jean-François Séguin. Ils font ensemble de grandes tournées dans le Nord de la province se rendant jusqu’à Hearst pour enseigner la doctrine sociale de l’Église, faire connaître l’Union et fonder des cercles agricoles. Travailleur infatigable, il devient aumônier général de plusieurs organismes, dont l’Union catholiques des fermières de l’Ontario, les Cercles Jeanne-Le-Ber et de la Jeunesse catholique (JAC). L’abbé Hébert a toujours eu confiance dans les organismes agricoles et coopératifs. Entre 1956 et 1959, il rassure, influence et convainc les cultivateurs que l’agriculture demeure majeure dans le développement rural. Lorsque la fromagerie de St-Albert, aujourd’hui très prospère, est sur le bord de la faillite à cette période, il y met toute son énergie et y contribue d’une manière financière. «Cette fromagerie manquera de lait un jour» s’était exprimé l’abbé en apposant une médaille de l’Immaculée Conception au mur de la fromagerie. Cette médaille toujours présente dans la fromagerie, témoigne des difficultés passées. D’ailleurs, comme aumônier de l’UCFO, il n’hésite pas à consentir des prêts à l’Union lors de situations financières précaires. Une citation résume bien son attachement au monde agricole : «Si Dieu ne m’avait pas appelé à la prêtrise, je me serais fait cultivateur». Pour célébrer ses 25 ans de prêtrise et son jubilé d’argent, une grande fête est organisée en son honneur par la communauté franco-ontarienne de la région.

Localisation